Si vous êtes arrivé au point où vous n’avez plus une goutte d’énergie dans votre réservoir, il est préférable de prendre cinq minutes de votre temps et de faire une évaluation sincère de vos performances au travail. Vous étiez autrefois une personne compétente et proactive, mais vous avez maintenant le sentiment de travailler en “pilotage automatique” ? Ou bien vous rentrez à la maison constamment irrité, découragé et peu disposé à faire quoi que ce soit ? Ce sont les symptômes classiques du syndrome de Burnout : une maladie difficile à reconnaître.

Un peu de stress au quotidien est normal. Elle nous aide même à prendre des décisions au travail et dans notre vie personnelle. Dans une certaine mesure, cela peut être positif et même nécessaire. Cependant, si le comportement est une constante, surtout lorsque le professionnel vient d’arriver dans l’entreprise, il vaut mieux garder l’œil ouvert.

Le syndrome touche particulièrement les professions qui ont un impact direct sur la vie d’autres personnes, comme les infirmières, les psychologues, les enseignants, les pompiers, les policiers, les employés de banque, les télévendeurs, les travailleurs sociaux, les avocats, les architectes et les journalistes, les femmes étant les plus touchées. Il est donc bon de connaître les principales causes de la maladie, ses symptômes et surtout : comment les traiter et les prévenir.

Principales causes

Plusieurs raisons peuvent conduire une personne à un épuisement physique et mental au travail. Les principales raisons sont :

– Perfectionnisme

– Objectif professionnel non encore atteint

– Compétitivité

– Besoin excessif de contrôle

– Impatience

– Difficulté à déléguer les tâches et à travailler en groupe

– Incapacité à tolérer les frustrations

Les problèmes dans les relations avec les clients et les patrons, le manque de coopération entre collègues, le déséquilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, et la perte d’autonomie sont également des causes majeures du niveau maximum de stress.

Il en résulte une baisse des performances, même si vous travaillez beaucoup plus qu’un employé dans un état physique et émotionnel normal. En outre, il souffre également d’un risque accru d’erreurs et d’accidents du travail dus à l’inattention et à l’imprudence. La coexistence sociale en dehors de l’environnement professionnel est également altérée, car la personne atteinte du syndrome d’épuisement professionnel perd sa volonté et sa capacité d’interaction, s’éloignant de plus en plus de ses amis et de sa famille.

Connaissez-vous quelqu’un qui souffre de ce problème ? Il ne faut pas dire à la personne de réagir. En fait, cela ne fait qu’aggraver le problème, car le patient va exiger davantage de lui-même, en essayant de produire de plus en plus, en intensifiant sa charge de travail et, par conséquent, en augmentant son niveau de fatigue et en perdant en efficacité et en qualité dans la tâche qu’il accomplit.

Symptômes

Le syndrome d’épuisement professionnel peut être mesuré grâce à trois caractéristiques qui apparaissent au fur et à mesure que le stade de la maladie s’aggrave.

– Niveau 1 : Épuisement

Les personnes souffrant du syndrome de Burnout se sentent totalement dépourvues d’énergie et de ressources physiques et émotionnelles pour réagir. Il y a aussi la sensation de faiblesse, des douleurs musculaires et des maux de tête, ainsi que des nausées, la perte de cheveux, des troubles du sommeil, des sautes d’humeur, un manque d’appétit, une faible immunité, des allergies et une perte de libido.

Et les symptômes vont au-delà du physique. Des sentiments de désespoir, de solitude, d’impatience, de colère et de dépression sont également présents. Certaines personnes se plaignent même de la lenteur d’esprit, d’une faible estime de soi et d’une altération de la mémoire.

– Niveau 2 : La distance

Lié à des traits émotionnels, le professionnel qui souffre d’épuisement au travail commence à avoir un contact froid et superficiel avec ses coéquipiers, en plus de se distancer affectueusement de ses parents et amis, en adoptant une posture d’interaction négativiste, grincheuse et difficile.

– Niveau 3 : Perte de productivité

Votre niveau de revenu baisse considérablement, ce qui amène le professionnel à considérer que votre travail est mal fait et ne mérite pas d’être reconnu. Le sentiment d’être incapable d’accomplir une tâche avec succès peut même entraîner une dépression. Il ne faut pas longtemps pour que la frustration cède la place à l’agressivité, ce qui provoque chez celui qui en est atteint des crises de colère constantes, augmentant les possibilités de maladies auto-immunes, de crises de panique, de dépression, d’anxiété, de diabète et de tachycardie.

Traitement

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui reconnaissait auparavant cette affection comme une maladie professionnelle, a décidé d’inclure le syndrome d’épuisement professionnel dans la prochaine édition de la classification internationale des maladies en 2022. Dans la liste, qui comprend des maladies et d’autres conditions de santé, le syndrome d’épuisement professionnel sera classé comme un “phénomène” lié au travail qui affecte la santé. Il sera toujours présent dans le chapitre sur les “problèmes liés” à l’emploi ou au chômage et sera décrit comme “un syndrome résultant d’un stress professionnel chronique qui n’a pas été géré avec succès.

Dans la recherche du traitement le plus efficace, la première étape est l’éloignement temporaire du professionnel. Ensuite, il faut procéder à un examen approfondi et analyser si les problèmes rencontrés sont effectivement liés à l’environnement de travail ou à la profession. Idéalement, il faut faire appel à un spécialiste pour les examens psychologiques. Essayez d’évaluer si l’environnement de travail est la principale cause de stress ou si ce sont les attitudes de la personne qui déclenchent cet épuisement.

Même si un antidépresseur soulage le tableau, il est essentiel de ralentir le rythme de travail. En plus de réduire la charge de travail, des exercices tels que la méditation et les techniques de relaxation peuvent aider à combattre ce type de stress.

Il est également fondamental de maintenir l’accent sur trois points fondamentaux pour le traitement psychothérapeutique : la relation du professionnel avec la profession, l’environnement de travail et le traitement de chaque symptôme individuellement, comme leur difficulté de concentration. Ce n’est qu’après avoir travaillé sur chacun de ces trois points que le professionnel est libre de reprendre le travail, mais de manière progressive, dans laquelle les exigences augmentent peu à peu.

Prévention

– Faites du travail votre priorité numéro 1 dans la vie

– Essayez de découvrir des activités extrascolaires qui vous donnent du plaisir

– Faites davantage de visites culturelles. Vous pouvez, par exemple, faire un tour au cinéma, dans les musées et les expositions

– Lisez des livres et des magazines sur des sujets sans rapport avec votre domaine de travail

– Déléguer des tâches. N’ayez pas peur de demander de l’aide à vos parents et amis lorsque vous vous sentez dépassé

– Faites de l’exercice régulièrement. Ils activent la circulation et aident à surmonter le stress

– Bien se nourrir et limiter la quantité de caféine ingérée quotidiennement

– Fixez une heure fixe pour dormir et se réveiller, et ne faites jamais d’exceptions

– Évaluez si ce qui vous a attiré vers ce travail vous satisfait toujours ou s’il n’est plus temps de penser à un plan B

– Essayez de dresser une liste des avantages et des inconvénients de la fonction et de l’entreprise pour lesquelles vous travaillez aujourd’hui, en cherchant toujours à trouver des valeurs positives

– Rencontrer des gens. En faisant le fameux travail en réseau, vous ouvrez de nouvelles portes et, qui sait, trouvez une opportunité de travail moins épuisante

– Faites attention aux signes sur votre corps. Si vous remarquez que vous tombez constamment malade et que vous présentez des symptômes allant de l’anémie à la grippe, en passant par une faible immunité et des troubles thyroïdiens, il est peut-être temps de ralentir et de vous concentrer sur une tâche à la fois.