Tous les entrepreneurs avertis s’accorderont sur le fait que créer une entreprise est un travail laborieux. Trouver une bonne idée n’est qu’un point pour démarrer, car cela ne mène pas assurément vers le succès. Certains futurs chefs d’entreprises sont conscients des efforts à fournir, mais ils ne connaissent pas toujours les multiples étapes par lesquelles il faut passer pour tout mettre en place. L’une des démarches les plus importantes est le choix du type entrepreneuriat.

Entrepreneuriat : création d’une franchise

La franchise est l’un des types entrepreneuriat les plus courants. En termes simples, il s’agit d’une licence ouvrant droit à l’utilisation du nom et des produits d’une entreprise existante. Cette option représente un moyen pratique pour créer sa propre entreprise : presque tout pour l’exploiter est fourni ou communiqué par le franchiseur. Toutefois, franchiseurs et franchisés peuvent se heurter à plusieurs obstacles. C’est l’une des principales raisons pour laquelle un franchiseur est tenu de vous fournir un document d’information sur la franchise avant la signature de tout contrat. Il comprendra des informations sur les frais initiaux, l’investissement initial estimé et toute autre information pertinente qui vous aidera à prendre votre décision de vous lancer ou non.

Le contrat de franchise est un document très important qui régit les obligations légales du franchiseur et du franchisé. Il peut être très long et complexe et, par conséquent, les deux parties devraient consulter un avocat spécialisé en droit des franchises. Si vous êtes un franchisé, le document comporterait souvent des exigences onéreuses. Vous devriez obtenir un avis juridique afin de bien connaître vos obligations.

Il est impératif de procéder à quelques recherches avant de prendre votre décision. Vous devez connaître la situation du secteur dans lequel vous comptez vous lancer. Une des pistes est également de vous rapprocher des entrepreneurs qui ont une franchise dans les alentours. Demandez-leur ce qui les a poussés à choisir cette solution et les problèmes auxquels ils sont confrontés. Ils pourront vous donner un feed-back sur leurs expériences, ce qui sera un élément important pour votre décision.

Entreprise par essaimage : définition et principes

Il arrive qu’une entreprise prenne une partie de ses activités et la divise en une entité distincte : il s’agit de l’entreprise par essaimage. Dans ces types entrepreneuriat, les actions de la nouvelle société sont distribuées en franchise d’impôt aux actionnaires de la société mère. Il y a donc cessation d’une  partie de leurs activités pour plusieurs raisons. Le fait de placer cette division en propriété et en gestion séparée permet à la société mère et à la filiale de se concentrer sur ce qu’elles font le mieux. Une autre raison courante de recourir à cette option est le fait qu’une grande entreprise avec plusieurs divisions distinctes a un cours de bourse qui, de l’avis de la direction, sous-estime la valeur de ces divisions. En dissociant une ou plusieurs de ses filiales, la direction espère que la valeur totale des actions dépassera éventuellement la valeur qu’elle était en tant qu’unité consolidée.

Ces transactions, qui impliquent la séparation des activités d’une société existante par la création d’une ou de plusieurs sociétés distinctes, restent un outil moins utilisé pour céder des actifs qu’une simple vente. C’est également l’une des opérations de fusion et d’acquisition les moins bien comprises.

Démarrer une affaire par la reprise d’entreprise existante

La reprise d’entreprise peut être une voie rapide vers le succès, qu’il s’agisse de société avec laquelle vous travaillez déjà ou d’une nouvelle que vous souhaitez acquérir. Ce type d’entrepreneuriat est particulièrement intéressant lorsque les taux d’intérêt sont bas. Les rachats d’entreprises peuvent créer de nouvelles opportunités de croissance pour les affaires existantes qui ont épuisé toutes leurs opportunités d’expansion. Mais les reprises sont également complexes et nécessitent un investissement considérable et une attention particulière sur les détails et chaque étape du processus.

Avant de vous lancer dans ce type entrepreneuriat, il est recommandé de créer un plan d’entreprise. L’objectif est d’aider la société à surmonter les tensions financières qui en faisaient une bonne perspective d’acquisition. Il faut également élaborer un plan d’exploitation pour l’entreprise après l’acquisition, en prenant en compte la création d’un flux de trésorerie viable et la création de rendements adéquats pour les investisseurs.

Une entreprise en difficulté ayant une solide réputation dans votre domaine d’expertise peut également être une cible d’acquisition pour autant que vous disposiez du capital nécessaire pour payer ses dettes en plus des autres coûts d’acquisition. Recherchez des sociétés qui ont de solides antécédents de génération de trésorerie mais qui ont rencontré des problèmes à court terme que votre équipe pourrait résoudre.

Intrapreneuriat : l’idéal pour apporter des idées innovantes

Un intrapreneuriat est le système dans lequel les principes de l’esprit d’entreprise sont pratiqués avec certaines limites. Un intrapreneur est une personne qui assume la responsabilité d’innover par l’apport de nouvelles idées, produits et processus ou inventions au sein de l’organisation.

L’intrapreneuriat est un des types entrepreneuriat de nature réparatrice. C’est-à-dire qu’une organisation encourage les employés à appliquer les principes d’entrepreneuriat pour lutter contre la stagnation ou accélérer la croissance de la société. Dans l’intrapreneuriat, le principal défi auquel une personne est confrontée provient de la culture même de l’entreprise. Parfois, les relations professionnelles et la mentalité des employés constituent un obstacle sur le chemin d’un intrapreneur. Alors que, dans le cas de l’esprit d’entreprise, le marché est le seul ennemi. Un intrapreneur doit scruter à fond les conditions du marché pour surmonter les obstacles qui se dressent devant lui. Il a accès aux ressources de l’entreprise telles que des fonds, des installations de fabrication, des installations de marketing et d’autres activités de soutien pour concrétiser ses rêves. En revanche, il n’a pas la propriété de l’entreprise et n’est même pas indépendant pour prendre des décisions, alors qu’un entrepreneur est l’unique propriétaire de la nouvelle entreprise qu’il a créée.

Ainsi, un Intrapreneuriat est une pratique de création d’un environnement entrepreneurial au sein de l’organisation, permettant ainsi aux employés d’appliquer de manière optimale leurs compétences dans leurs rôles respectifs.

Entreprise ex Nihilo : une alternative au rachat

Selon les circonstances, la création d’une entreprise ex Nihilo peut être une option intéressante. Par exemple, c’est une excellente alternative lorsque les coûts à engager sont nettement inférieurs qu’en cas de rachat de société équivalente. Le moteur de ce type d’entrepreneuriat réside dans le fait de trouver une idée solutionnant des problèmes auxquels l’entreprise existante fait face. Il peut aussi s’agir d’une innovation concernant certains aspects d’un service ou d’un produit existant : marketing du produit, utilité d’un service, viser d’autres cibles…

De ce fait, bien que l’idée trouvée ne soit pas aussi révolutionnaire, elle devra impérativement se distinguer de celle des acteurs ayant déjà leur réputation sur le marché.

La création d’entreprise ex nihilo représente un certain risque car l’entrepreneur repart quasiment à zéro (il n’y a ni rachat d’entreprise ni fonds de commerce). Contrairement au cas d’une reprise, l’entrepreneur n’a aucune connaissance des chiffres d’affaires et résultats potentiels. De même, il se lance seul dans une nouvelle aventure, ce qui n’est pas le cas d’une franchise par exemple, dans laquelle la notoriété de la marque est déjà existante.

Cependant, la création ex nihilo offre une grande indépendance. De plus, les besoins d’investissements peuvent être largement inférieurs à ceux requis pour un rachat de société ou de fonds de commerce.