Malgré le fait que le recours aux services d’un cabinet d’expertise comptable n’est pas obligatoire, les travaux fournis par l’expert-comptable demeurent quand même cruciaux pour une entreprise. L’intervention d’un expert-comptable est avantageuse, et ce, quels que soient le statut et la forme de l’entreprise (petites et moyennes, microentreprises, société à responsabilité limitée ou SARL, société anonyme ou SA, etc.). Mais, dans le cas d’une entreprise qui est inscrite dans un centre de gestion, l’intervention d’un expert-comptable (ou d’un cabinet d’expertise comptable) est obligatoire. C’est comme le cas des entreprises individuelles (EI) qui sont soumises aux bénéfices industriels et commerciaux, ou BIC, et aux bénéfices non commerciaux, ou BNC. En fait, ces entreprises bénéficient d’un abattement de 25 % sur leurs bénéfices imposables. D’où cette obligation comptable.

Ainsi, face à ses nécessités et ses besoins en matières financières, fiscales et techniques, comment trouver un expert-comptable ?

Choisir un expert-comptable professionnel et compétent, inscrit à l’Ordre des experts-comptables

En sa qualité de partenaire technique, un expert-comptable est un spécialiste en comptabilité et en finance. De plus, il doit également disposer d’une compétence en matière de gestion juridique, financière et fiscale. Ces compétences lui permettent de vérifier et ajuster les régularités ainsi que les conformités des comptes, tant par rapport à l’organisation de l’entreprise que vis-à-vis de la législation et les dispositions juridiques en vigueur. Il doit être aussi capable de mettre en cohérence les comptes, tout en octroyant des conseils sur les aspects juridiques, fiscaux et financiers de l’entreprise.

Sur le plan professionnel, un expert-comptable doit être inscrit à l’Ordre des experts-comptables. Pour vérifier cet enregistrement, vous pouvez consulter l’annuaire de l’Ordre des experts-comptables. Compte tenu de la règlementation du métier d’ « expert-comptable », la personne doit avoir poursuivi, au moins, huit ans d’étude avec trois diplômes, à savoir un diplôme de comptabilité et gestion, ou DCG (équivalent de bacc+3), un diplôme supérieur de comptabilité et gestion, ou DSCG (équivalent de bacc+5) et un diplôme d’expertise-comptable ou DEC (équivalent de bacc+8). Vous pouvez aller sur le site https://www.1001expertscomptables.com/ pour avoir plus d’informations et des détails supplémentaires.

Considérez la taille de votre entreprise et tenez en compte votre secteur d’activité

Dans l’expertise comptable, il y a deux sortes de spécialisation. En premier lieu, il y a les experts-comptables plus habiles pour les grands comptes. Et, en second lieu, il y a les experts-comptables plus orientés dans les prestations pour les comptes des petites et moyennes entreprises (PME). Ainsi, si votre entreprise est de petite taille, mieux vaut opter pour le second choix.

Même, il faut également considérer votre secteur d’activité. En fait, il y a des experts-comptables qui visent un ou des secteurs(s) d’activité(s) bien précis. Ces experts admettent une habileté spécifique dans l’extraction des ratios clés liés aux domaines, pouvant dupliquer des TBD (tableaux de bord) et des systèmes de suivi-évaluation bien spécifiés suivant les contraintes et les atouts propres à votre secteur d’activité.

Optez pour un expert-comptable adepte et habile aux nouvelles technologies

Face aux évolutions en perpétuité de la technologie, un bon expert-comptable doit se mettre à jour par rapport à celles-ci, notamment pour celles qui sont liées aux NTIC, ou nouvelles technologies de l’information et de la communication, et les technologies liées aux travaux de comptabilité (logiciels, plateformes, etc.). Son adaptation et ses habiletés en matière de nouvelles technologies pourraient aussi vous aider à entretenir des travaux en ligne. Sachez que cette forme de travail peut être beaucoup moins coûteuse qu’un travail physique. Bon nombre de cabinets et d’expertscomptables en ligne peuvent effectuer des travaux par le biais de l’Internet. Cela peut aussi alléger les tâches. Cependant, il faut être prudent par rapport aux risques qui peuvent subvenir (escroquerie, fausses informations, usage de faux, etc.).

N’hésitez pas à demander un devis au préalable et retenez la tarification

Vu la règlementation de la profession et du métier d’expert-comptable, les prix liés à ses travaux sont cadrés suivant des dispositions légales. En effet, une lettre de mission doit être dressée. Il s’agit d’un document qui retrace les missions et les tarifs pour l’expert-comptable. Concernant les tarifs, quelques paramètres déterminants doivent être tenus en compte, notamment ceux qui sont liés à :

  • L’effectif des collaborateurs qui vont se focaliser sur les travaux,

  • La nature et les objectifs des missions à mettre en œuvre,

  • Le délai prévisionnel pour la réalisation des travaux d’expertise (avec date du début ainsi que la date de la fin du contrat) et,

  • Les honoraires à verser par l’entreprise.

Vous pouvez, avec l’accord de l’expert-comptable, opter pour un tarif forfaitaire ou un tarif sans forfait. Dans le premier cas (tarif forfaitaire), l’expert-comptable fixe un prix, tout en tenant du volume de travail à faire. C’est le principe du « package ». Toutefois, ce prix peut être révisé en cours de mission. Et les changements y afférents doivent être enregistrés dans un avenant à la lettre de mission. Dans le second cas (tarif sans forfait), c’est la durée du travail effectué qui détermine le tarif à payer par l’entreprise. Dans ce mode de paiement, le professionnalisme et la renommée de l’expert-comptable entrent en jeu.